En Belgique, les joueurs peuvent se voir refuser l’accès aux casinos et salles de jeux automatiques réels et virtuels ainsi qu'aux agences de paris virtuelles pour diverses raisons:

- l’accès aux casinos et salles de jeux automatiques réels et virtuels est interdit aux moins de 21 ans afin de protéger les jeunes. Pour les agences de paris, qu'elles soient réelles ou virtuelles, l'âge minimum est de 18 ans;

- lorsqu'ils souhaitent être protégés d’eux-mêmes, les joueurs peuvent s'exclure eux-mêmes des casinos et salles de jeux automatiques réels et virtuels ainsi que des agences de paris virtuelles;

- un tiers intéressé (le partenaire par exemple) peut introduire une demande d'exclusion auprès de la Commission des jeux de hasard;

- une exclusion peut résulter d’une décision judiciaire (p.e. les personnes pour lesquelles un règlement collectif de dettes a été déclaré admissible);

- des personnes peuvent également être refusées dans un casino ou dans une salle de jeux automatiques en raison de la nature de leur profession (magistrats, notaires, huissiers et membres des services de police);

- l’administrateur provisoire peut demander par courrier simple à la Commission le maintien de l’interdiction préventive de jeux de la personne à protéger dont il a la charge (cf. article 54 §3.3. de la loi sur les jeux de hasard).
 
Depuis 2004, la Belgique dispose de l’Excluded Persons Information System (EPIS), un système électronique qui regroupe tous les joueurs exclus. A l’entrée d'une salle de jeux automatiques ou d’un casino réel ou virtuel, ou bien d'une agence de paris virtuelle, les nom, prénom et date de naissance du joueur doivent obligatoirement être enregistrés dans EPIS afin de vérifier s’il peut être admis. Il s’agit incontestablement d’un instrument très efficace dans la lutte contre la dépendance au jeu.