La loi définit un pari en ces termes : un "jeu de hasard dans lequel chaque joueur mise un montant et qui produit un gain ou une perte qui ne dépend pas d'un acte posé par le joueur mais de la vérification d'un fait incertain qui survient sans l'intervention des joueurs". Une distinction est établie entre les paris mutuels et les paris à cote.

 

Il existe 3 types de paris, qui relèvent tous de la compétence de la Commission des jeux de hasard:

- les paris sur des évènements ou des faits;
- les paris sur des événements sportifs;
- les paris sur des courses hippiques.
 
La Commission intervient également contre les paris interdits (combats de coqs par exemple).
 
 
Dans le cadre des paris sur des courses hippiques, vous pouvez participer aux paris suivants:
- les paris mutuels sur les courses hippiques qui ont lieu en Belgique;
- les paris mutuels sur les courses hippiques qui ont lieu à l'étranger;
- les paris à cote sur les courses hippiques qui ont lieu en Belgique;
- les paris à cote sur les courses hippiques qui ont lieu à l'étranger.
 
 
Les paris peuvent être engagés à titre principal dans des établissements de jeux de hasard de classe IV. Une distinction est établie entre les agences de paris fixes (établissements de jeux de hasard de classe IV) et les agences de paris temporaires à l'occasion d'un événement (sportif) (établissements de jeux de hasard mobiles de classe IV).
 
En dehors de ces agences de paris fixes et mobiles, des paris peuvent également être engagés:
1. par les libraires à titre complémentaire;
2. dans l'enceinte de l'hippodrome.
 
 
Une licence F1 délivrée par la Commission des jeux de hasard est nécessaire pour organiser des paris. Une licence F2 sert à engager des paris pour le compte d'un titulaire d’une licence F1.
Tout comme dans les casinos et les salles de jeux automatiques, le personnel d'une agence de paris doit disposer d'une licence D.
 
 
Nous souhaitons vous rappeler qu'il est interdit d'engager des paris dans un café. Tous les paris qui font l'objet d'une mise supérieure au montant maximum fixé en vertu de la loi doivent être enregistrés par l'exploitant via un système informatisé.